La story d’Émile Castillejos

Découvrez La story d'Emile Castillejos, l'auteur du recueil de nouvelles Le paradis est un enfer comme les autres édité aux Editions du Carnet à Spirale
Partagez !
RSS
EMAIL
Facebook
Google+
https://editionsducarnetaspirale.com/story-demile-castillejos/
Pinterest
LinkedIn

Émile Castillejos, auteur du recueil de nouvelles intitulé Le Paradis est un enfer comme les autres, édité aux Éditions de Carnet à Spirale

Les Stories de la Spirale

Que peut bien faire une maison d’édition pour vous faire découvrir ses formidables auteurs ?
Nous nous sommes creusés la cervelle un certain temps pour trouver un moyen original de le faire et nous avons fini par trouver : à la façon d’un écrivain justement !
Émile Castillejos  a accepté de jouer le jeu et de se découvrir sous un jour nouveau à travers sa STORY. Pas tout à fait son histoire et pourtant si proche, vous en saurez un peu plus sur son univers. Vous découvrirez comment il a rencontré les Éditions du Carnet à Spirale. Vous en saurez beaucoup et pourtant, il vous en restera tant à découvrir. Comptez sur nous pour vous y aider…

La story d’Émile Castillejos – Épisode 1

Participer ou ne pas participer ? Refaire confiance et repartir pour un tour ou non ? Émile Castillejos jeta un coup d’œil au vieux carton rempli de carnets à spirale et de feuilles A4. Il tournait et retournait dans sa main la clé USB qu’il y avait retrouvée. Elle avait l’air bien cette Marie-Cécile rencontrée au détour de conversations sur Facebook. Et l’appel à texte des Éditions du Carnet à Spirale serait bientôt terminé. Il fallait qu’il se décide.

Au lieu de quoi, il ouvrit sa page Facebook et partagea ses pensées du jour :
« J’ai écrit beaucoup plus de textes que j’en ai publiés. Oubliés pour la plupart. Retrouvés, parfois, en allant fouiller dans des cartons. Perdus sur des clés USB ou des ordis plantés. Jetés à la décharge. J’ai fait et défait des romans. Pleins. Comme autant de vieux Pull-over passés de mode. Une œuvre inconséquente et inutile qui aurait pu remplir trois étagères d’une bibliothèque éphémère et qui n’a fait que fixer mes rêves et désespoirs sur des feuilles de papier. »

Il soupira lourdement. Il écrivait depuis longtemps, des romans, des nouvelles, des textes poétiques qu’il partageait sur Facebook. Il avait quinze ans quand sa première pièce avait été jouée à l’école. Il avait connu la joie d’être édité, ses nouvelles étaient parues dans des magazines a fort tirage comme Femmes Actuelles. Il avait participé à des salons, des signatures, des interviews. Il avait même gagné des prix… Cela ne l’avait pas rendu plus heureux. Au contraire, avec la faillite de son précédent éditeur, tout cela avait perdu du sens. Lui, ses ouvrages et tout son investissement s’étaient perdus corps et biens. Alors, retenter le coup… est-ce que cela en valait vraiment la peine ?

La story d’Émile Castillejos – Épisode 2

L’appel à textes de la spirale ne cessait cependant de lui tourner dans la tête d’Émile Castillejos, et quand ce n’était pas la tête, c’était l’univers entier qui semblait lui mettre tout le temps des spirales sous le nez, au sens littéral du terme. En revenant chez lui après avoir fait quelques courses sous une pluie fine, il s’était trouvé nez à nez avec la spirale d’un escargot qui montait tranquillement le long de sa porte. Le lendemain, il devait se rendre à un rendez-vous sur Biarritz mais des travaux bloquaient son chemin habituel. Il avait mis son GPS mais celui-ci ne cessait de lui dire «faites demi-tour dès que possible». Il avait donc dû se débrouiller tout seul pour arriver à bon port. Plus tard, il réalisa que les panneaux de déviation diverses l’avaient amené à faire une grande spirale autour de son point de chute. Cela lui donna d’ailleurs une excellente idée pour une autre nouvelle. Il se mit à écrire frénétiquement et oublia pour un moment la conspiration de l’univers.

Émile sourit le lendemain matin en lisant son texte, satisfait. Si la page blanche lui avait toujours fait un peu peur, c’était pour mieux l’apprivoiser. Une idée, un début ou une fin qui s’imposait à son esprit et il partait comme un fin limier aux trousses de ce que son esprit gardait jusque-là enfermé. C’est que travailler au ministère de l’intérieur lui avait donné matière à imaginer pour une vie entière. Ce n’était pas un hasard si un polar dormait encore dans ce carton. Un jour, peut-être l’en sortirait-il. Pour l’instant, il souhaitait profiter de sa retraite et lâcher la bride à son imagination. Le fantastique avait toujours été aux frontières de son réel, alors pourquoi ne pas écouter l’univers qui ne cessait de la tarauder ? Jusqu’à son café dans lequel il tournait négligemment une cuillère pour mélanger la goûte de lait qu’il venait d’y mettre ; encore une spirale !

La story d’Émile Castillejos – Épisode 3

N’y tenant plus, Émile Castillejos revint sur la page Facebook pour retrouver l’appel à texte des Éditions du Carnet à Spirale. Il y était spécifié qu’il fallait une prise de contact par mail mais il avait mieux, le numéro de téléphone de Marie-Cécile. Avec un peu de chance, elle lui dirait que cela ne l’intéressait pas et il pourrait classer l’affaire.
Il n’eut pas cette chance. Pire, Marie-Cécile attendait maintenant son recueil de nouvelles au plus vite pour le proposer au comité de lecture.
Émile se résigna et obéit aux forces de l’univers qui le tenaient dans sa spirale. Puis, il oublia. Aucune chance d’être choisi parmi plus de soixante ouvrages.
Et pourtant… Quand l’univers à une idée dans la tête…

Le nom de Marie-Cécile qu’il avait appris à connaître un peu mieux depuis leurs premiers échanges s’afficha sur l’écran. Émile prit l’appel. Il était prêt à recevoir la mauvaise nouvelle qui n’en serait pas une de toute manière, à moins que…

— Où sont les Cathares ? demanda-t-elle à brûle-pourpoint.
— Comment ça les Cathares ?
— Eh bien oui, je cherche les Cathares dans tes «Petites nouvelles cathartiques» mais je ne les trouve pas, continue-t-elle sur sa lancée.
— Tu te fiches de moi ?
— Non ! Il va falloir changer le titre, à mon avis.
— Eh bien, tu diras ça à mon éditeur, contra-t-il.
— Ah oui ! C’est pour ça que je te téléphonais justement. Ton éditeur te demande de changer ton titre.
«Ton éditeur» ?… Quoi ?!
— Mais tu veux dire… ?
— Bienvenue dans la spirale Émile !
— Ça alors !
— Et il faudra aussi corriger des coquilles, bien sûr. On va mettre une correctrice sur le coup.
— Je suis tellement… Je n’ai pas les mots, Marie-Cécile.
— Ce n’est pas grave, contente-toi de les écrire. Et il y aura des délais à respecter, bien sûr.
— Oui, bien sû…
— Et…
— Je t’arrête, dit-il en riant. J’ai trouvé un titre : «Le paradis est un enfer comme les autres», ça te va ?
— Génial ! J’adore ! J’en parle tout de suite à Benoît.
— À bientôt alors.
— Ouiii. Je reviens vers toi très vite.
— Je n’en doute pas, répondit-il en raccrochant.

Émile sourit bêtement devant son ordinateur.
Comment remercie-t-on l’univers ? En écrivant bien sûr, se dit-il en ouvrant un nouveau document Word.

 

Story imaginée et écrite par Muriel Roger (MU) avec l’aimable complicité d’Émile Castillejos

Pour être averti(e) dès sa parution, inscrivez-vous :

Couverture du recueil de nouvelles Le Paradis est un enfer comme les autres d’Emile Castillejos publié aux Éditions du Carnet à Spirale

En savoir plus sur Le Paradis est un enfer comme les autres d’Émile Castillejos

 

Cinq auteurs pas comme les autres,
cinq Stories à suivre :

Les Stories de la Spirale : nos auteurs sous un nouveau jour. Florian Oger, Dominique Terrier, David Pascaud, Emile Castillejos, Gilles Monchoux,

*Cette liste ne sera utilisée que pour vous avertir de la date de disponibilité des livres sous format brochée et/ou e-book